Une voix plurielle

Une langue m'habite

Un jour, quand j’étais adolescent, mon frère est arrivé à la maison avec un microsillon de Sylvain Lelièvre. Il m’a dit : « Écoute La Basse-Ville. Ça parle tellement de nous autres, c’est pas croyable ! » Ça m’a permis de me reconnaître pour la première fois de ma vie dans une chanson. Et ça m’a aussi donné le goût d’en écrire. J’ai décortiqué les pièces de Sylvain mot par mot, vers par vers, accord par accord pour comprendre comment il faisait. Il est une des raisons pour lesquelles je suis devenu auteur-compositeur-interprète. Son œuvre musicale et littéraire m’accompagne depuis ce temps.

Autres vidéos